Le roleplay

De Altis Life Fantasma wiki
Aller à : navigation, rechercher
JDR.jpg

Role Play du débutant en six leçons

Création du personnage

Le Roleplay c'est jouer un personnage. Ce n'est plus le joueur qui parle mais un être fictif qui a été inventé par celui-ci.

Au départ ça parait simple : on se dit "je vais faire un homme, tiens il sera mineur, bon 30 ans... Et alors je l'appelle Philippe".

Voilà, Philippe est né et commence sa vie... plutôt réduite puisqu'on le prend à 30 ans. Ça ne lui donne pas pour autant un caractère. Alors poursuivons la réflexion. Qu'est ce qu'il aime, qu'est ce qu'il déteste ? Il tient à sa famille, châtie ses ennemis comme il faut et a de bons rapports avec ses voisins. En fait un homme posé, plutôt bonne pâte.

Nous tenons notre personnage, assez pour en avoir une idée précise. Parlons maintenant de sa motivation. Il s'est engagé dans l'armée Grecque pour la liberté et sa patrie, très classique. Notre personnage est créé.

Les relations avec les autres

Un RP est un acte social. Il ne peut se faire seul. On se contentera au départ de légères interactions avec les gens de passage :

Bonjour, permettez moi de me présenter, Philippe Papadopoulos, à qui ai-je l'honneur ?

On évitera bien sur l'énorme erreur : je vois son nom sur le chat donc je l'appelle par celui-ci. Lorsque vous entrez dans un bar pour de vrai, il n'y a pas un petit badge sur les autres clients pour les reconnaître. Votre personnage ne connaîtra donc le nom des autres que s'il leur demande.

En aucun cas le RP d'un personnage doit prendre le pas sur celui des autres. On ne peut pas, et il ne faut pas, les forcer à réagir de telle ou telle manière car nous l'avons décidé ainsi.

On ne peut non plus refuser le RP d'un personnage sous prétexte qu'il ne correspond pas à ce qu'on attend. Si vraiment cela offusque le joueur alors le joueur doit savoir faire preuve de maturité et éviter ce genre de discussion.

La règle d'or est la suivante : un joueur reste maître de son personnage quoi qu'il arrive.

Savoir évoluer

Le caractère que nous avons donné à Philippe n'était qu'une ébauche. Elle devait synthétiser tout ce qu'il avait vécu en 30 ans pour en arriver là. Car les expériences de la vie modifient le tempérament des gens.

La règle d'or encore est rester cohérent. Toujours. En reprenant tout ce que le personnage dit, ce qu'il fait, on ne doit jamais pouvoir vous mettre en défaut.

Certes ce n'est pas facile. Je ne saurais que trop recommander de faire du RP quand vous en avez l'envie. Un joueur fatigué, déprimé ou en colère verra ses états d'âme se répercuter sur ceux du personnage, et ce pas toujours à bon escient

Scénarios

En veine d'inspiration, vous avez imaginé utiliser des éléments de l'histoire de Philippe pour créer un événement imprévu : Son oncle arrive en ville pour lui demander de déserter.

Le joueur a le choix : écrire une belle histoire qu'il se contentera de mettre en chronique pour le plaisir des lecteurs et leur faire vivre l'action en direct. La règle d'or est la suivante : les autres personnages ne sont pas des faire-valoir.

Il ne s'agit pas ici de leur faire voir une jolie cinématique dans laquelle ils ne seront que figurants. Vous voulez les faire profiter de l'action soit, mais acceptez alors que leurs interventions puissent modifier la trame que vous aviez conçu. Vous entrez là dans le rôle de maître de jeu. A vous de faire preuve d'imagination et d'improvisation pour faire se dérouler l'histoire et gérer les actions de tous sans les empêcher, ni vous laisser déborder par celles-ci. C'est une lourde tâche, mais le plaisir des joueurs est quelque chose de motivant.

Finesse et humanité du personnage

Voilà, Philippe est un vétéran de la guerre qui ne craint plus rien et son torse couturé est la preuve des nombreux combats qu'il a du livrer.

Pourtant avec son caractère bien trempé, il ne faut pas oublier qu'il reste un humain avec ses faiblesses. Même s'il cache bien la douleur il l'a ressent. N'hésitez pas à le faire savoir aux autres joueurs, toute la difficulté va être là de les aiguiller sans leur dire crûment.

Philippe a mal : non, car il ne le dira jamais par orgueil, c'est mal exprimé. Philippe reste de marbre : pourtant il souffre. Si votre personnage cache ses émotions on va se retrouver avec une armée de supers soldats sans émotions apparentes et ce sera des plus pénibles.

Alors comment expliquer que sa blessure au côté le lance par moment même s'il ne veut pas l'avouer ? Philippe dit : "Mhhhh... ça me gratte sur le flanc".

Voilà, un personnage qui l'observe attentivement en déduira que quelque chose ne va pas et que cela se passe sans doute sous son manteau.

Maintenant, un peu de subtilité et brouillons les pistes. Philippe dit : "Mhhh... j'ai quelques choses qui me gêne sous mon manteau".

Le quidam moyen va penser que c'est une blessure et il peut être amusant de le fourvoyer si ce n'est pas le cas. Pourquoi ne pas mettre une lettre dans la poche de Philippe, une lettre qu'il aurait lu des dizaines de fois et qu'il connaîtrait par cœur... un courrier qui lui aurait annoncé la mort de sa bien-aimée Lizzie, et rien qu'à cette pensée, il pâlit ?

Voilà, en réalité nous ne sommes pas tous devins et il est difficile de deviner les pensées et les émotions de ceux qui nous entourent. Laissez un peu d'indices mais ne dites pas les choses, ce sera bien mieux et plus intéressant.

Le recul

Je conclurai avec cette règle que nous devons tous garder en mémoire, toujours : le personnage n'est qu'un personnage et ce n'est pas moi.

Il peut arriver au cours d'un RP très intense de se prendre au jeu. On est en colère parce que le personnage est en colère, ou triste parce qu'il est. Et c'est tant mieux car les réactions qui en sortiront seront plus réalistes.

Il faudra néanmoins toujours garder en tête une idée précise du caractère du personnage sous peine d'employer sous le coup de l'émotion des expressions ou réactions qui seraient les vôtres et non les siennes.

Voilà, le RP est terminé, on se dit au revoir. Il faut ressortir du personnage, très vite, et reprendre ses distances, très fermement. Car ce n'est pas trucmuche qui vous a mis en colère, c'est Malcolm qui a échauffé Philippe. Calmez vos ardeurs, le joueur n'y est pour rien. Reprenez vous... séparez, séparez, séparez, toujours et dans tous les cas...


Source : http://bibliotheque.xooit.com/t30-Role-Play-du-debutant-en-six-lecons.htm